Auto-Identification et des Données Ventilées

En tant que fonctionnaire, vous connaissez sans doute la Loi sur l’équité en matière d’emploi, selon laquelle les employeurs de la fonction publique fédérale sont tenus de prendre des mesures proactives pour accroître la représentation des quatre groupes désignés suivants en milieu de travail : les Autochtones, les personnes handicapées, les minorités visibles et les femmes.  

Afin de mesurer les progrès accomplis à l’égard des programmes qu’il met en place, le gouvernement du Canada recueille et analyse les données concernant les embauches, les promotions, les processus de sélection, les réponses aux sondages ainsi que toute autre donnée concernant ces groupes désignés. Si vous vous auto-identifiez comme faisant partie du groupe des minorités visibles et postulez pour un emploi dans la fonction publique ou remplissez un sondage, le gouvernement utilise les données connexes aux fins d’analyse statistique, d’équité en matière d’emploi et de planification des ressources humaines. Le regroupement des minorités visibles masque toutefois la situation des employés fédéraux noirs.  

Afin de mieux réaliser les objectifs de la Loi, le CEFN prône que les données sur les minorités visibles soient recueillies et réparties par origine ethnique/race ou « ventilées ». La ventilation des données peut révéler des tendances qui sont masquées lorsque les données sont regroupées de façon générale. Par exemple, les données anecdotiques fournies par les fonctionnaires noirs laissent supposer qu’ils subissent plus de harcèlement que leurs homologues. En recueillant et en analysant des données ventilées, le gouvernement peut offrir des programmes qui s’adressent précisément aux employés.   

Cette façon de traiter les données sur les ressources humaines n’est pas nouvelle. Statistique Canada recueille déjà les données sur le marché du travail de cette façon, et les États-Unis, l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande recueillent et publient des données ventilées sur l’effectif de leur fonction publique fédérale respective.    

Mais pour que les données ventilées soient valables, vous devez vous auto-identifier et être du nombre! 

Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux 

Le Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux (SAFF) est un sondage exhaustif qui vise à connaître l’opinion des employés du gouvernement fédéral concernant leur mobilisation, le leadership, l’effectif, le milieu de travail, le bien-être en milieu de travail et la rémunération. Le SAFF est l’une des principales sources de données qu’utilise le gouvernement pour orienter les politiques en matière de ressources humaines.

Les résultats des sondages sont présentés sous forme de renseignements regroupés, ce qui empêche les employés d’être identifiés. Dans les cas où un sondage vise un plus petit nombre de personnes (ce qui permettrait d’identifier une personne), les résultats sont combinés avec les résultats d’autres groupes, afin qu’il ne soit pas possible d’identifier un employé en particulier.

Pour s’assurer que le gouvernement a une idée plus complète de l’expérience des employés fédéraux noirs, il est essentiel que le plus grand nombre possible d’employés noirs remplissent le sondage et s’auto-identifient.  

Passez le mot : manifestez-vous et soyez du nombre!  

Santé Mentale

La race constitue un facteur clé du bien-être psychologique d’une personne. Par conséquent, le CEFN demande au gouvernement de reconnaître l’incidence du racisme systémique et des actes individuels de racisme sur le stress et l’anxiété des personnes de couleur :

  • en faisant de la sensibilisation et en offrant de la formation afin que la direction soit mieux outillée pour prendre des mesures à l’égard de toutes les formes de racisme, incluant les microagressions en milieu de travail;
  • en recueillant des données ventilées (p. ex. nombre de personnes qui s’auto-identifient ou qui sont d’ascendance africaine et qui ont recours au Programme d’aide aux employés ou qui utilisent des congés de maladie) afin de mieux comprendre le recours aux services de santé mentale et de cerner les possibilités pour en améliorer l’accès, et en produisant des rapports connexes.
  •  

Ces objectifs sont conformes aux recommandations récemment publiées par le Comité permanent du patrimoine canadien dans son dernier rapport sur le racisme systémique intitulé « Agir contre le racisme systémique et la discrimination religieuse, y compris l’islamophobie », lequel faisait état de la nécessité d’améliorer la sensibilisation et la formation en matière de racisme au sein de la fonction publique fédérale.